Et vous, comment imaginez-vous la restauration d’ici 2050 ?

This post is also available in: enEnglish esEspañol

D’ici 2050, nous serons près de 9 milliards d’individus sur Terre et les ressources ne tarderont pas à manquer, notamment les ressources alimentaires. Alors imaginons le futur (en matière d’innovations) dans la restauration pour les années à venir.

La livraison de repas par drones

Et si les drones devenaient le meilleur ami des restaurateurs ? Imaginer passer commande et apercevoir un drone par la fenêtre du 14ème étage réclamant la réception de sushis. Etant donné qu’elle a été préalablement payée en ligne, tout va encore plus vite. Vous croyez rêver ? Je vous assure que le concept a déjà été mis en place dans des pays où la législation est plus souple comme en Nouvelle-Zélande par Domino’s Pizza. Ce mode de livraison atypique intéresse de plus en plus de startups qui réfléchissent au moyen de livraison le plus optimal. Le drone à roulettes est aussi à l’heure de la réflexion, il permet également un gain de temps en parcourant les trottoirs rapidement mais vous n’obtiendrez plus le sourire du livreur en bonus.

Pensez-vous que les drones sont l’avenir de la livraison à domicile ?

 

Un repas personnalisé grâce à la nonotechnologie

Le terme « nano » désigne une unité de mesure minuscule. On trouve par exemple des nano-particules dans le lait. Cela permettrait d’améliorer la qualité nutritionnelle des aliments, d’assurer la traçabilité des produits et de réduire les quantités de sel ou de graisse. Mais ce concept doit encore faire ses preuves. Peu fiable aux yeux des consommateurs, l’authenticité des produits est remise en question. Personne à ce jour ne connait les conséquences de leur consommation.

Pensez-vous qu’un jour il existera un menu basé sur des nano-aliments adapté à chacun ?

 

L’impression alimentaire en 3d pour reproduire vos plats

Incroyable n’est-ce pas ? Vous pouvez imprimer vos créations alimentaires très facilement avant de les consommer. L’exemple typique est le chocolat, car il se prête bien à la reproduction en 3D et son innovation intéresse les professionnels. Après l’étape d’expérimentation, les imprimantes alimentaires 3D ont vu le jour. Leur fonctionnement repose sur la superposition de couches de matière. Ce concept révolutionnaire permet un gain de temps considérable d’une part, mas aussi la reproduction de formes complexes sans difficultés. Si l’imprimante 3D fait l’unanimité auprès des générations futures, nos habitudes de consommation seront complètement bouleversées. Il sera alors possible de personnaliser nos plats à l’infini en quantifiant leur teneur exacte en calories, vitamines, etc. Le robot de cuisine va prendre un sacré coup de vieux !

Seriez-vous prêts à manger des plats imprimés en 3D ?

 

De nouvelles chaînes de fast-food bio

Les chaînes de restauration rapide existent, les restaurants bio aussi, mais connaissez-vous des chaînes ou franchises de restauration rapide et bio connues dans le pays, en dehors des métropoles ? Comme si le bio était incompatible avec l’idée de manger à moindre coût et rapidement ! De plus en plus de restaurants « fast-food bio » ouvrent leurs portes et certains pensent même que c’est l’avenir du fast-food mais les prix ne sont tout de même pas comparables.

À quand une pizza conçue avec des légumes du jardin dans un fast-food ?

 

Les protéines inconnues au bataillon

D’ici 2050, nous serons 9 milliards d’individus sur la planète. Nous manquerons un jour ou l’autre de ressources alimentaires. La viande représente la 1ère source de protéines. Il faudra alors en produire davantage si l’on ne veut pas en manquer ou utiliser des produits substituts. Il existe par exemple d’autres sources de protéines, encore méconnues, que nous pourrions privilégier en cas de pénurie, comme les algues. Encore peu connues dans nos habitudes de consommation, elles pourraient sérieusement occuper une place importante prochainement. Ah oui, et les insectes, ces petites bestioles remplies de protéines ! En France, la consommation d’insectes est occasionnelle pourtant ils contiennent des protéines et d’autres bonnes choses pour la santé (calcium, fer, zinc…). La France est un pays où la consommation de viande est élevée. Pour pouvoir répondre à la demande, la viande in vitro émergera dans les prochaines années afin d’éviter l’élevage intensif des animaux.

Par quels insectes vous laisseriez-vous tenter ?

 

La lutte contre le gaspillage en cuisine

Le problème des ressources alimentaires est aussi amplifié par le gaspillage. Si chacun y mettait du sien, nous pourrions optimiser les ressources alimentaires. Prendre des mesures pour limiter le gaspillage, c’est ce que les cuisines mettent en place petit à petit. Les restaurants sont de plus en plus sensibles au gaspillage et proposent désormais d’emporter le reste de nos assiettes chez nous plutôt que de le jeter. Ils sont également vigilants quant aux épluchures des fruits et légumes qui sont bonnes pour la santé. Ils tentent ainsi de les cuisiner. Toujours dans une démarche de protection des ressources, nous voyons arriver des contenants alimentaires comestibles. Et oui, les emballages qui se mangent ça devient possible !

Le concept d’une cuisine 0% déchet pourrait-elle exister ?

 

L’ubérisation et les plateformes collaboratives

L’échange en CtoC est une pratique de plus en plus courante. Des particuliers peuvent alors avoir la casquette d’acheteur ou de vendeur. La restauration est l’un des secteurs impacté par l’ubérisation. Chacun peut proposer un repas payant, à venir déguster chez lui. Cet usage est cependant peu réglementé, parfois il n’est pas déclaré, les règles d’hygiène et de sécurité sont souvent négligées. Pour devenir un véritable concurrent des restaurants, cette pratique devra être davantage encadrée. Ces offres sont rendues possibles grâce à des plateformes collaboratives telles que VizEat ou Voulezvousdiner.com, c’est là que se trouve l’innovation.

Pensez-vous que ces services de restauration entre particuliers pourront, un jour, cohabiter avec la restauration professionnelle ?

 

Le robot comme chef cuisiner

Un robot appelé Moley a appris les gestes d’un vrai chef. A partir d’une liste et de mouvements préalablement enregistrés, il est capable de réaliser un grand nombre de recettes. Sa première cible : les particuliers qui n’ont plus envie de faire la cuisine. A l’avenir, on peut se demander si cette forme d’intelligence artificielle atteindra les cuisines des restaurants. Pour l’instant l’idée que le robot remplace le chef de cuisine parait inconcevable, notamment en France où le savoir-faire culinaire occupe une place importante dans le choix d’un restaurant. Ce robot peut être intéressant en guise d’assistant, pour réaliser les tâches rébarbatives et répétitives, sans valeur ajoutée pour le personnel.

Que diriez-vous d’un robot pour faire la cuisine lorsque c’est la guerre à la maison quand il s’agit de désigner celui qui fera à manger pour le souper ?

 

Synthèse :

Grâce à la technologie, la restauration du futur se rapproche plus vite que l’on ne le croit. Certaines innovations existent déjà sous forme de prototypes ou de tests. Les plateformes collaboratives rendront ces innovations possibles alors que les enjeux écologiques accéléreront le processus pour éviter l’épuisement des ressources. De nouveaux concepts basés sur une cuisine plus responsable et des produits bons pour la santé émergeront dans les années à venir.

Pour l’instant, nous ne modifions pas vos habitudes de consommation, rassurez-vous ! Cuddl’up innove certes, mais dans l’intérêt de tous ! Un véritable outil d’aide à l’organisation en cuisine et à l’exploitation des données des clients. Pour les clients, le gain de temps est phénoménal et le service client est enfin pris en compte.
Vous êtes restaurateur ? N’hésitez pas à faire appel à nous ! Vous êtes juste curieux ? Venez tenter l’expérience !

 

Source :

https://www.foodconnexion.com/on-en-parle/tendances/papier/les-reportages/208903-restauration-en-2030-entre-fiction-et-realite

 

Mots clés : , , ,