Pourquoi les pourboires sont de moins en moins élevés ?

This post is also available in: enEnglish esEspañol

« Les pourboires, une tendance à la baisse » ! Ça vous étonne ? Moi pas ! Le service en salle est de plus en plus bâclé à cause du manque de personnel. Les restaurants doivent gérer beaucoup de tâches à la fois. Ils n’ont pas suffisamment de temps pour personnaliser l’expérience du client. De plus, ils privilégient un service qui se veut le plus rapide possible. Ils laissent de côté la relation avec le client.

Une autre forme de pourboires

Lors de sa création, le pourboire était un moyen d’augmenter le niveau de salaires du personnel en contrepartie d’un service meilleur. Si aujourd’hui cette contribution du client s’est perdue, c’est que le problème vient logiquement de la qualité du service. Le sentiment qui en découle est la dégradation générale de la qualité du service. Et cela tant de la part des clients que des professionnels qui remettent en question la motivation des employés. Le paiement par carte bancaire a aussi contribué à la baisse des pourboires. Cependant, les avis laissés sur le web peuvent booster la réputation de l’établissement et susciter l’intérêt de nouveaux clients à l’égard de votre enseigne. Voilà ce que serait la nouvelle forme de gratification de la part du client : les pourboires du 2.0.

Par ailleurs, ce serait mentir de dire que la crise de 2008 n’a pas eu d’impact sur les pourboires. Le pouvoir d’achat a baissé, ainsi les clients sont plus exigeants et donne des pourboires dans le cas où le service est irréprochable. Toutes les mises en scène du restaurant ont disparu. Les portes sont closes et le chef ne laisse rien entrevoir de la préparation des plats aux convives.

Mais comme partout, vous pouvez vous améliorer. Voilà ce que nous vous proposons : l’adoption de la solution Cuddl’Up pour vous faire gagner du temps sur les tâches sans valeur ajoutée. Je ne vous en dis pas plus et vous laisse vous reporter au site internet pour découvrir la multitude des tâches prises en compte par notre concept.

Mots clés : ,